mardi 20 janvier 2015

Réflexions et pensées : La sincérité

Ce qui compte, comme l’affirment les bourgeois célèbres du monde du spectacle et du divertissement, c’est la sincérité avec laquelle on fait les choses. On ne trompe pas les gens disent-ils, ces gens qui sentiraient immédiatement quiconque agirait hypocritement. Quel conte à dormir debout ! Comme si on ne pouvait pas mentir avec sincérité une fois qu’on croirait plus ou moins ses propres mensonges, grâce à une dose suffisante de naïveté et de mégalomanie. Ce qu’ils appellent sincérité, j’appellerai ça plutôt la patte blanchie du loup. Comment font les escrocs et les manipulateurs professionnels ? Comment font-il pour berner les gens ? Mais en utilisant la sincérité bien sûr ! Ils sont capables de paraître plus honnêtes que n’importe quelle personne véritablement honnête, et de faire passer quelqu’un exprimant certaines vérités pour un menteur ; parce qu’ils ont la faculté de mentir avec une sincérité parfois déconcertante, grâce entre autres à une absence de scrupules. Et puisque, pour les gens, sincérité veut dire vérité, alors ça passe.
Les comédiens et les acteurs font la même chose – les chanteurs aussi d’ailleurs. Leurs métiers respectifs exigent qu’ils puissent pleurer, rire, être révoltés, joyeux, sincères, sans qu’on voit qu’ils jouent, alors même qu’on sait qu’ils jouent. Rien ne les empêche donc, lorsqu’ils souhaitent donner d’eux une apparence flatteuse – ce qui occupe tout de même une grande partie de leur temps –, de chercher à duper le monde en jouant la comédie en dehors des moments où ils exercent leur profession, et d’être même fréquemment dupes de leur propre comédie, car être dupe de soi est beaucoup plus courant qu’être dupe des autres. C’est très commun.
Pour cet ensemble de raisons, il faut se garder d’idéaliser la sincérité.